Le IVe Congrès SOZPT
13-14/XI/2003
Bratislava, Slovaquie

Quatre ans après le IIIe Congrès, les délégués du Secteur Poste et Télécom se sont réunis pour se prononcer sur leur programme d’action.
Jan Martinovic a été réélu. Il s’est vu placé devant la tâche difficile de défendre les intérêts tant des travailleurs Poste que des travailleurs Télécom. En effet, suite à la libéralisation et à la privatisation, la cohésion syndicale a été sérieusement menacée.
La pression provoquée par l’adhésion à l’UE le 01.05.2004 et les réformes préparées par Deutsche Telekom, jouent un rôle important en Slovaquie.
Les messages transmis par les délégations du gouvernement et des employeurs ont donné peu d’espoir au public. Le président du conseil professionnel Poste et Télécom, Manfred Wiedner, et le collègue Jadranko Vehar (RSRHPT, Croatie) ont prononcé leur solidarité avec le SOZPT.

En tant que secrétaire général d’Eurofedop, Bert Van Caelenberg a mis l’accent dans son discours sur la nécessité de formation, aussi en matière syndicale. Le fait de signer l’Acquis Communautaire et le protocole social y compris ne peut être le point final pour le gouvernement.
Bert Van Caelenberg a conclu son discours en proclamant que “l’Europe sera sociale ou ne sera pas”.

Réunion de militants syndicaux de la CCOD à Gand
16—XI—2003, Gand, Belgique

Le 16 novembre dernier, le syndicat belge CCOD a organisé une réunion pour ses militants syndicaux à Gand.

L’un des orateurs invités, Bert Van Caelenberg, secrétaire général d’Eurofedop, a parlé dans son discours de l’Europe sociale.
Après avoir analysé l’état actuel des affaires concernant le commerce mondial et la globalisation, il est arrivé aux faits suivants:
- la globalisation est un fait,
- ceci ne peut conduire au fatalisme,
- la meilleure défense est l’attaque.
Puis il est aussi arrivé aux conclusions suivantes :
La globalisation signifie que les biens, les services, le capital, les technologies se répandent sur le monde entier et les pays partout dans le monde s’ouvrent de plus en plus l’un à l’autre. La globalisation peut avoir pour conséquence que la prospérité augmente pour tout le monde, mais peut aussi avoir pour effet de disloquer les choses. La tâche consiste à veiller au bon déroulement de ce processus par l’établissement de règles internationales. Si les entreprises élargissent leurs activités au monde entier, il faudra aussi établir des règles de “franc jeu” pour le monde entier.
Après l’exposé de M. Van Caelenberg, un bref discours a été prononcé par la présidente générale de la CCOD/CCSP, Lea Vanschoenwinkel. Elle a mis l’accent sur la valeur du militant syndical et la tâche difficile de celui-ci.


Le proposte per il Pubblico Impiego dell’UGL e dell’EUROFEDOP
alla Presidenza Italiana della Ue
17—XI—2003
Rome, Italie

Plus de 100 participants de huit secteurs de l’UGL se sont rassemblés pendant une journée syndicale pour échanger des vues avec des responsables d’Eurofedop sur la situation actuelle dans le secteur public européen.
Les positions prises par les secteurs nationaux de l’UGL ont été considérées par rapport aux programmes d’action établis par les conseils professionnels d’Eurofedop.
La dirigeante du débat était Renata Polverini, secrétaire générale adjointe de l’UGL. Pour Eurofedop, Bert Van Caelenberg a parlé dans son discours des défis liés à l’élargissement. Ce point, aussi le thème de la présidence italienne de l’UE, était suivi attentivement par le Secrétaire d’Etat de la Fonction Publique d’Italie, l’On. Learco Saporito.
Les délégués des différentes administrations ont reçu une image claire des objectifs de l’UGL et d’Eurofedop pendant les discours qui ont été prononcés et un débat qui s’est tenu le matin et l’après-midi. Jean-Paul Devos et Kristien Van der Gucht, respectivement du conseil professionnel Ministères et du conseil professionnel Administrations Locales et Régionales, ont donné des explications sur les affaires qui occupent actuellement les syndicats des services publics en Europe.
La réunion, préparée par le département des affaires internationales de l’UGL et du secrétariat d’Eurofedop à Bruxelles, a été un vrai pas de dialogue social européen. Un dialogue qui sera poursuivi pendant la réunion avec la Troïka, le 03/12 à Rome.


Conférence de presse Eurofedop - PPE
le 7 octobre 2003
Parlement Européen


Pendant cette conférence qui s’est organisée au Parlement Européen, les participants étaient en majorité des représentants de futurs états membres de l’Union Européenne, comme la Slovénie, la Slovaquie, la Hongrie, l’Estonie, la Lettonie et la Pologne. Eurofedop attache beaucoup d’importance à l’entretien de contacts avec les délégués de futurs états membres. L’élargissement étant proche, il est important que ces nouveaux états soient bien informés des possibilités que leur offre l’Europe. Eurofedop ouvre ses portes aux organisations syndicales de ces pays qui désirent adhérer à une organisation de représentation européenne. Le secrétaire général Bert Van Caelenberg a fait une présentation sur le fonctionnement d’Eurofedop. Les participants se sont montrés très intéressés et ont réagi avec enthousiasme.
Depuis quelque temps déjà, Eurofedop s’efforce d’établir des contacts avec les futurs états membres. Le secrétaire général prend contact avec le responsable des Affaires Sociales et de l’Emploi de chaque nouvel état membre pour organiser des rencontres individuelles. Pendant ces rencontres, il présente l’organisation d’Eurofedop et demande des informations sur la situation dans le pays respectif. Le secrétaire général effectue aussi des voyages en Europe Centrale et Orientale, où il participe à des conférences ou organise des conférences, des réunions ou des présentations. De cette manière, l’organisation montre sa capacité de répondre aux événements actuels. Suite à la conférence au Parlement Européen, de nouvelles conversations et rencontres auront lieu. Les participants seront invités à la journée d’information organisée par Eurofedop le 27 janvier 2004. Pendant cette journée à la Bibliothèque Solvay à Bruxelles, Eurofedop présentera ses activités de 2004. Dans cet environnement splendide au cœur de Bruxelles, nous aurons une nouvelle rencontre avec les collaborateurs PPE.


La 3ième Semaine Sociale Européenne
Bratislava (Slovaquie), du 16 au 19.10.2003


“L'engagement des chrétiens et des organisations chrétiennes dans la construction de l'Union Européenne”
La question centrale qui se posait à la Semaine Sociale Européenne 2003, était : quel rôle les organisations sociales chrétiennes peuvent-elles jouer dans une société européenne qui se sécularise ? A partir de cette question de départ, les participants ont essayé de formuler des perspectives quant aux opportunités et aux défis qui s'offrent à nos organisations dans l'Europe et l'Union Européenne de demain.
L’engagement chrétien s'applique à tous les aspects de la vie de la société. Au delà de son ancrage dans les organisations sociales chrétiennes classiques, il importe que cet engagement s’étende aux mouvements nouveaux de la problématique du développement durable, de la justice, de la solidarité internationale, de la citoyenneté, etc.
Les participants ont défini une réponse en trois étapes :
1. Par une analyse des caractéristiques et des tendances au niveau de la culture et de la réalité politique de l'Union Européenne actuelle.
2. En montrant comment la vie associative chrétienne évolue. L'engagement chrétien peut se concrétiser de diverses manières, en fonction de circonstances religieuses, politiques et sociales. En Europe occidentale, les associations de chrétiens cherchent à se renouveler. En Europe Centrale et en Europe de l'Est, ce sont souvent les chrétiens qui prennent l’initiative de construire de nouvelles organisations, dès le fondement.
3. En formulant de nouvelles perspectives d'engagement chrétien, sur la base de cette analyse et de cette expérience et à partir de l’inspiration religieuse chrétienne.
Après les introductions prononcées par e.a. Ján Figel (Président du Comité des Affaires Etrangères du Conseil National de la République Slovaque), Jean-Luc Dehaene (Vice-président de la Convention Européene, ancien premier ministre de Belgique) et Michel Camdessus (Président des Semaines Sociales de France, ancien directeur du FMI), une discussion s’est ouverte avec les plus de 100 participants.
Bert Van Caelenberg est intervenu au nom d’Eurofedop sur les aspects sociaux de la Convention et de la position plus rigoureuse de l’Europe Centrale et Orientale lorsqu’il s’agit de la préservation de l’identité chrétienne dans les mouvements sociaux.
L’organisation parfaite de cette semaine sociale était assurée par Bruno Machiels (ACW, Belgique) et, dès lors, son équipe d’organisation a reçu la responsabilité de préparer la nouvelle Semaine Sociale de 2005. Eurofedop soutient l’initiative de la Semaine Sociale Européenne et désire continuer sa coopération.
Pour plus d’informations, voir le website de la Semaine Sociale Européenne : http://www.eurosw.org.


PURUVANAKESED
Tallinn (Estonie), le 18-19.IX.2003


Aili Kogerman, Bert Van Caelenberg, Silvia Oja
Pendant son séjour à Tallinn, Bert Van Caelenberg a rendu visite à cette organisation. L’ONG “Puruvanakesed” est une société dont les membres pratiquent la charité volontaire pour des citoyens de 70 ans ou plus.
Les membres s’aident mutuellement selon le principe des plus forts aidant les plus faibles :
- L’association d’enseignants pensionnés de Tallinn.
- Le club “Liivalaia”, club d’auto-assistance de citoyens plus âgés.
- L’union d’ex-travailleurs médicaux “Charité” de Tartu.
L’organisation aide aussi à trouver des aides à domicile et des infirmières à domicile :
- “Nõmme Assistant”.

Aili Kogerman, Bert Van Caelenberg, Silvia Oja
L’ONG collabore avec l’UES (Union Européenne des Séniors) du PPE (Parti Populaire Européen) et se propose d’établir un pont vers une plus vraie intégration de la population avec l’Union Européenne, par l’accommodation de séminaires et l’établissement de contacts en Estonie.
Bert Van Caelenberg a félicité l’organisation de ses initiatives et a exprimé l’espoir de pouvoir mettre sur pied ensemble des initiatives sur le plan syndical - social.


16e séminaire annuel d’ENTO
Tallinn (Estonie), le 18-19.IX.2003


Ulrich Bohner, Bert Van Caelenberg

Le 16e séminaire annuel d’ENTO a eu lieu à Tallinn (Estonie) du 18 au 19 septembre 2003 sur le thème “Les outils pour améliorer les services publics locaux”. Son principal objectif était de proposer un forum pour un débat de fond et un échange d’informations, d’expériences et de bonnes pratiques en mettant l’accent sur trois sous-thèmes principaux :
- planification stratégique,
- gestion de la qualité dans les services publics et
- utilisateurs et fournisseurs : coopération ou antagonisme ?
Le séminaire s’est organisé en coopération avec le Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux de l’Europe et le Centre pour le Développement des Programmes (EMI-ECO, Estonie). Il était destiné aux directeurs des centres de formation, aux responsables de formation à l’intérieur des services publics locaux, aux décideurs, aux représentants élus régionaux et locaux, aux professionnels dans le domaine de la formation. L’organisation et la structure du séminaire s’appuyaient sur des méthodes de travail innovantes comme l’espace ouvert, le marketing et le travail en réseau.
Le secrétaire général d’EUROFEDOP a remplacé le président du Conseil Professionnel Administrations Locales et Régionales à ce séminaire et a présenté les résultats des séminaires d’Eurofedop à Fredericia et à Athènes, ainsi que notre position sur les “services d’intérêt général” COM 2003 (270) de l’UE.

La thèse que la “formation” est une nécessité, mais aussi un droit, qu’il doit y avoir un équilibre entre les attentes du personnel et celles du management et que la “formation en ligne” doit être un moyen, mais pas un but en soi, a été incluse dans les conclusions.
Tallinn a été dès lors l’endroit par excellence de présenter les actualités d’EUROFEDOP en ce qui concerne les administrations locales et régionales à des délégués venus de la France, de l’Allemagne, de la Suisse, de la République Tchèque, de la Turquie, de l’Ukraine, de la Russie, de l’Arménie, du Portugal, de l’Espagne, de la Lituanie et de l’Estonie.
Bert Van Caelenberg s’est aussi entretenu avec Ulrich Bohner, le Directeur Exécutif (depuis le 01.09.2003) du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux de l’Europe (CPLRE). À part une présentation de notre organisation, les relations d’EUROFEDOP avec le Conseil de l’Europe et notre participation active aux activités développées par cette institution, ont été les thèmes de la conversation.
Les documents et rapports de ce séminaire peuvent être consultés au website d’ENTO. Le Conseil Professionnel des Administrations Locales et Régionales sera invité à passer à une évaluation des résultats de cette conférence.

Plus d'information::
www.ento.org
www.coe.int/cplre


Fédération CFTC Santé et Sociaux
Session de formation du mercredi 24 septembre au vendredi 26 septembre


La fédération a inclus dans son plan de formation 2003 une session de 3 jours, se rapportant aux institutions européennes. Il s’agissait là d’une première qui a visé en priorité les élus des instances du personnel et les responsables syndicaux. La formation s’est attachée à présenter l’historique de l’Union Européenne et ses différentes institutions.

Délocalisée à Strasbourg, elle a par ailleurs permis une visite programmée du Parlement Européen le dernier jour en matinée. Elle s’est tenue à l’adresse suivante : La Maison des Syndicats, Rue Sedillot 1, Strasbourg (67000).


Parlement Européen
Politique Sociale et de l'Emploi
Pensions viables et adéquates
Rapport conjoint de la Commission et du Conseil sur des pensions viables et adéquates


Doc.: A5-0259/2003
Dans le rapport de M. Jan ANDERSSON sur les pensions viables et adéquates, le Parlement européen constate que l’organisation et le financement des pensions relèvent de la responsabilité des Etats membres mais que cette responsabilité ne diminue pas la valeur de la contribution européenne.
Les députés soulignent la nécessité d’un bon équilibre entre les problématiques financières et sociaux, tout en mettant clairement l’accent sur la contribution que les systèmes de pensions apportent à la solidarité entre les générations et au sein de chaque génération. Pour eux, le meilleur moyen de garantir la viabilité des pensions est le plein emploi, avec des emplois de qualité.
Les députés demandent que le relèvement de l'âge effectif de départ à la retraite soit opéré à la faveur d’incitants et non de mesures dissuasives comme la réduction draconienne du calcul de la pension.
Ils signalent que la modernisation des régimes de pensions doit tenir compte de l’évolution des exigences sociétales, comme l’augmentation du nombre des travailleurs atypiques, parasalariés et mobiles qui sont généralement pas bien couvert par les régimes de retraite. Ils demandent qu’il faut mettre en place des procédures qui protègent mieux ces travailleurs. Ils demandent les Etats Membres d’éliminer de leurs régimes de pensions toutes les discriminations basées sur le sexe qui existeraient encore. La tâche essentielle en la matière consiste, selon eux, à accroître le taux d’emploi des femmes, à égalité de rémunération.
Doc.: A5-0259/2003: http://wwwdb.europarl.eu.int/oeil/OEIL4.FR213a_fr


Forum de Liaison du Dialogue Social
Bruxelles, le 25 juin 2003

La séance a été présidée par le nouveau responsable pour le dialogue social sectoriel, Jacky Morin, que nous remercions cordialement ici pour tout son engagement.
Mme Odile Quintin, Directeur Général de la DG Emploi et Affaires Sociales, a parlé de la “Révision à mi-parcours de l’agenda pour la politique sociale”. La politique de l’immigration et de l’élargissement ont également fait l’objet de discussion.
Bien qu’une légère amélioration de la situation dans les pays adhérents puisse être constatée, le dialogue social et surtout le dialogue sectoriel restent peu développés. Ces pays sont en quête d’aide. La Commission veut y répondre par l’organisation d’une conférence, en janvier 2004, à Ljubljana, en Slovénie. Les partenaires sociaux sont priés de déjà sélectionner leurs délégués. La conférence s’adressera aux 10 +3.
À propos de la discussion sur la question démographique et les pensions, on a également considéré la politique de l’immigration. D’une part, des mesures préventives doivent être prises, mais, si nécessaire, l’action coordonnée avec des sanctions s’impose.
Une Task Force spéciale discutera de tout le paquet des 57 recommandations concernant la politique de l’emploi. Un premier rapport peut être attendu pour novembre 2003.
Il y avait aussi “une présentation des résultats/de l’aboutissement du dialogue social sectoriel” avec e.a. “un code de conduite, des lignes directrices pour les coiffeurs européens” du 26.06.01 et “une présentation d’un accord européen sur la formation professionnelle en agriculture”.
Ces résultats et d’autres seront résumés plus tard dans un document COM. Le Directeur de la Fondation Europeénne pour l’Amélioration des Conditions de Vie et de Travail, M. Raumond-Pierre Bodin, est venu présenter l’EMCC (European Monitoring Centre on Change, l’Observatoire Européen du Changement, voir http://www.fr.eurofound.ie/emcc/emcc.htm). Bien que l’information qui se trouve sur le Web, parle pour 6 secteurs, elle est sans doute aussi importante pour les secteurs Poste et Télécom.
Le nouveau responsable pour le secteur Télécom, Mme Maes, a conclu la séance en fournissant de plus amples explications sur la conférence à Ljubljana.
Une autre communication a porté sur les nouvelles règles qui seront établies pour obtenir le financement de projets UE.
BVC

17e Conférence Mondiale Services Postaux et Express :
Des managers du plus haut niveau se réunissent à Rome
Rome, les 13, 14 et 15 mai 2003

Des managers du plus haut niveau des services postaux et express se sont réunis à Rome pour échanger des idées sur l’avenir de leurs marchés et les actions à entreprendre pour satisfaire la clientèle.
Le marché européen change vite, dû à la libéralisation. La concurrence croissante des réseaux postaux et express ouvre de nouveaux marchés, constitue de nouvelles alliances et crée de nouvelles opportunités. Mais est-ce que tout cela profite à la clientèle ? Quelle est la valeur ajoutée ? Quel avenir le secteur a-t-il ? Quelles sont les menaces, quelles sont les chances ?
Parmi les 240 participants à la Conférence Mondiale des Services Postaux et Express Européens, il y avait 40 présidents et administrateurs délégués du secteur. Le haut niveau des participants, leur diversité (25 pays étaient représentés), le programme “Triangle”, ont créé un environnement favorable à la rencontre de plusieurs gens intéressants.
Des discours importants ont été prononcés par :
- Uwe Doerken, président-directeur DHL, sur “le client des services express dans l’avenir”,
- Michael Critelli, président et CEO Pitney Bowes Inc., sur “le client des services postaux dans l’avenir”,
- Alice Kijak, vice-présidente Services Communs - Amériques, Readers Digest, sur “les meilleures pratiques dans le système postal”.
Faire plus avec moins peut mener à faire tout avec rien.
Le 14 mai, durant la réunion d’ouverture, notre secrétaire général a communiqué la position syndicale sur l’exécution d’une politique réelle des ressources humaines dans des circonstances cangeantes.
Il a fait ceci sur la base des discussions de notre Conseil Professionnel Poste et de ses dix ans d’expériences comme représentant de la Fédération Européenne du Personnel des Services Publics.
- Par leur relation spéciale avec les employeurs, les syndicats ont joué un rôle de premier plan dans le passage de services postaux publics à des opérateurs postaux privés et au changement de la mentalité qui en a résulté.
- En ce qui concerne le personnel, les aspects importants sont la communication, la motivation et le savoir-faire.
- L’engagement individuel du personnel est essentiel à la réussite d’une opération qui se fonde sur la qualité du service. Pas l’organigramme mais le facteur humain est décisif aux performances des services postaux dans un environnement changeant.
- Pour créer des conditions favorables au changement, un dialogue entre employeurs et travailleurs est de la plus grande importance. La raison principale de cela réside dans le fait qu’une grande partie des changements échoue, lors de l’exécution, parce que les travailleurs n’ont pas été engagés dans la planification. Il est possible de partager les responsabilités et de discuter les modalités des changements, à moins qu’il y ait un dialogue social qui fonctionne bien, parce qu’il est basé sur la confiance et s’oriente vers une réconciliation des besoins de l’entreprise et de ceux des travailleurs.
En marge de la conférence, notre secrétaire général a aussi une rencontre avec des représentants de l’UGL, avec qui il a discuté des réformes dans les services publics en Italie. Voir aussi l’article “Public Service Reforms in Italy (25/03)” sur le website d’Eurofedop.
Pages intéressantes à lire :
www.mailawards.org
www.triangle.eu.com/conferences/worldexpress2004/WME_Europe_Berlin2004.htm


CARTEL ALFA
Création d’un syndicat policier chrétien en Roumanie

Séminaire policier le 22 février 2003 à Bucarest : sous la présidence du secrétaire d’état des affaires intérieures, Pavel Abraham, et du président de Cartel Alfa, Bogdan Iuliu Hossu, un séminaire s’est tenu, qui était largement couvert par les médias, avec la participation des représentants de l’EPU Hermann Feiner et Wim Groeneweg. Ceux-ci ont fait une présentation des activités effectuées par le syndicat policier européen EPU et ont expliqué quelles formes d’organisation et méthodes de travail sont appliquées par divers syndicats policiers en Europe (par exemple en Hongrie, en Croatie, en Italie, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Autriche). Au total, quelque 30 personnes du groupe visé par l’accord convenu le 7 septembre 2002 ont participé au séminaire. Les délibérations entre le secrétaire d’état Abraham et le président Hossu ont eu pour résultat que, aujourd’hui, l’initiative est prise de formellement créer le “syndicat policier chrétien de la Roumanie” au sein de Cartel Alfa
Vienne, le 24 février 2003
Hermann Feiner

Parlement Européen - Droits de l'Homme
“Prix Sacharov pour la liberté de l'esprit"

Depuis 15 ans, le Prix Sakharov a couronné ds personnalités ou des organisations qui ont marqué de leur empreinte le combat en faveur des droits de l'Homme dans leur pays.
Cette année, le Parlement européen a décidé de décerner son prix Sakharov à un militant de la liberté à Cuba, Oswaldo José PAYA SARDINAS, qui est le fondateur du Mouvement chrétien de libération.
Oswaldo José PAYA SARDINAS représente aujourd'hui pour les Cubains ce qu'Andreï Sakharov représentait dans les années 80 pour de nombreux Soviétiques: l'espoir.

Harcelé, poursuivi, persécuté, condamné depuis sa jeunesse pour ses opinions ouvertement critiques à l'égard de la politique officielle du gouvernement, il n'en continue pas moins à construire son mouvement. Il prône le dialogue national afin que des changements démocratiques puissent voir le jour à Cuba. Il travaille inlassablement pour qu'une alternative démocratique non violente se crée, basée sur une coalition la plus ouverte possible.