Conseil de l’Europe, Strasbourg, du 22 au 27.09.2001, "Assemblée Parlementaire ONG"

Tant à l’Assemblée Parlementaire qu’aux sessions des ONG, la problématique du "Terrorisme" occupait une place centrale dans les débats. Il est clair que les deux groupes parlent la même langue : punir, mais pas de la haine !
Dans les différentes réunions des ONG, on a voulu fermement s’opposer aux insinuations négatives par rapport à la problèmatique du "Terrorisme" envers leurs groupes.
Le "Comité de Liaison" insiste auprès du Conseil de l’Europe pour que son "rôle consultatif" soit remplacé par un rôle "participatif".
On a lancé un chaleureux appel à toutes les ONG pour être présentes en grands nombres lors de la conférence ONG/Parlementaires sur le thème de "Citoyenneté, solidarité : quelle Europe voulons-nous ?" le 6-7.11.2001 à Strasbourg.
Dans le Regroupement "Droits de l’Homme", la proposition de résolution sur les "objecteurs de conscience" a été généralement approuvée.
Dans le Regroupement "Dialogue et Solidarité Nord-Sud", le débat était centré sur la semaine des ONG et le Centre Nord-Sud à Lisbonne.



4e Congrès de l’ESCU
(European Senior Citizens’ Union/Union européenne des séniors)
Bruxelles (Parlement Européen), les 17 et 18.10.2001

À l’ouverture, le Congrès a souhaité la bienvenue au président PPE, Wilfried Martens.
L’Europe porte attention aux problèmes qui concernent le troisième âge et la solidarité entre les générations. Dès lors, elle travaille à l’élaboration de directives pour garantir le paiement de la pension dans les générations à venir.
Les participants d’états membres et d’états membres candidats se sont prononcés sur les divers rapports; ainsi des motions sur les statuts, le règlement de la contribution et des perspectives d’avenir ont été les thèmes de discussion pendant le débat.
L’europarlementaire le Dr. Marilies Flemming a fait une communication sur l’élargissement de l’Union, spécifiquement en ce qui concerne les séniors.
Le Congrès s’est réjoui de l’intérêt politique témoigné par le Président du PPE, le Parlement Européen et le Commissaire Viviane Reding. Eurofedop, qui dispose du statut d’observateur dès la fondation de l’ESCU, était représentée par le secrétaire général Bert Van Caelenberg.
Bert Van Caelenberg
secrétaire général Eurofedop



Le Parlement du Service Public
Vienne (Autriche), le 16-18.10.2001

Du 16 au 18 octobre 2001, le syndicat du service public d’Autriche a tenu son Congrès à l’ ‘Austria Center’ à Vienne. Ce Congrès, qui a rassemblé près de 1000 délégués, est une activité qui s’organise tous les quatre ans et est en premier lieu un événement syndical interne. À part les élections pour désigner les mandats au bureau, le Congrès est aussi une occasion pour voter la position syndicale, présentée sous forme de documents et préparée depuis des mois auparavant.
Le Congrès est aussi un événement des médias. La GÖD a réussi à rompre l’image négative du service public, grâce à son approche professionnelle.
Le gouvernement a aussi été présent et a tenu des discours pour défendre sa position. Le Dr. Wolfgang Schüssel, Premier Ministre, a parlé du dévouement du service public, avec des termes si élogieux que nous aurions presque oublié les réformes qui sont annoncées pour le service public (concernant le statut, les pensions, etc.).
Mais la vice-premier ministre, responsable du service public, étant absente, nous avons compris que le titre du congrès, "Lust auf Morgen" (avide de l’avenir), ne l’a pas remplie d’enthousiasme. Comme invité au Congrès, Bert Van Caelenberg, secrétaire général d’Eurofedop, a représenté le Groupe Syndical Chrétien d’Europe. Il a reçu l’honneur de pouvoir s’asseoir aux premiers rangs de la salle de conférence, avec M. Fritz Verzetnitsch, président de l’ÖGB et aussi président de la CES.
Ce Congrès avait été précédé, le 14 octobre 2001, par des sessions des différents Groupes Politiques. Guy Rasneur, président de l’Eurofedop, a parlé à la session de la FCG, le groupe chrétien. Il a mentionné les réformes qui sont exécutées partout dans le service public en Europe. La formation, le recyclage permanent et un plus grand droit de parole sont des éléments essentiels à chaque réforme. Le service public doit avoir un avenir et c’est pour cela que le champ d’activité doit être élargi pour inclure des problèmes tels que l’environnement, la pauvreté, l’éducation et le soin des personnes âgées. Nous devons défendre le caractère durable des tâches qui sont confiées au service public. Les grandes institutions européennes doivent entrer en discussion avec les syndicats du service public pour trouver des réponses à la suprématie absolue du marché.

À ce sujet, le président d’Eurofedop a souligné lors du Congrès de la GÖD/FCG que l’action des groupes syndicaux doit se renforcer au niveau européen. Il a précisé que cela doit se faire, dans le respect des valeurs qui caractérisent ces groupes, donc dans le respect du principe du pluralisme syndical.
Étant donné les stratégies de globalisation déployées par les gouvernements, il a aussi dit que cela ne doit pas nous empêcher de répliquer à de telles stratégies, aussi d’une manière plus globale, via des alliances entre syndicats et après la détermination d’objectifs communs.
Avec une majorité écrasante, Fritz Neugebauer a été réélu président. Ensemble avec tous ses collaborateurs, dont quelques nouveaux visages, il aura la lourde tâche de guider la GÖD à travers une période de négociations très difficile.
Au nom de l’Eurofedop, nous remercions le bureau de la GÖD et de la GÖD/FCG pour les mots de reconnaissance qui ont été exprimés à l’égard de l’Eurofedop au Congrès. Aussi au nom des représentants invités d’Eurofedop, nous remercions les responsables de l’organisation pour l’accueil excellent.
Pour plus d’informations sur ce Congrès, veuillez consulter www.goed.at
www.bundessektion.at

Bert Van Caelenberg
secrétaire général Eurofedop


 

 

  able>